25 août 2010
Réaction de la Coalition Proprio-Béton au communiqué de presse de la GMN de l'APCHQ
Bonjour M. Ouimet,

Je faisais lecture ce matin du communiqué de presse émis par la GMN de l’APCHQ. Un paragraphe a particulièrement attiré mon attention. Il s’agit du suivant et je le cite :
 
«Rappelons que les entrepreneurs qui ont construit les maisons touchées, tous expérimentés et reconnus pour leur professionnalisme, ne pouvaient pas s’attendre à ce que les spécialistes produisent du béton non conforme. Rien sur le chantier ne permettait de distinguer – en pourcentage de pyrrhotite – un béton problématique d’un béton acceptable. La GMN de l’APCHQ, en tant qu’administrateur privé du plan de garantie des bâ timents résidentiels neufs, joue un rôle majeur dans l’apport de solutions pour régler la situation.»
 
Je vous rappelle M. Ouimet que le gouvernement a confié à la GMN de l’APCHQ le mandat d’administrer les fonds qui sont versés par les acheteurs de maisons neuves pour palier à des problématiques de construction comme nous vivons présentement. Ces fonds ne vous appartiennent pas et n’appartiennent pas à l’APCHQ; ils sont strictement dédiés aux besoins des victimes comme nous, qui y avons contribué financièrement. GMN de l’APCHQ a donc la responsabilité et l’obligation de travailler avec les victimes et pour les victimes, rien de plus. Elle doit conserver sa distance face aux entrepreneurs membres de l’APCHQ qui ont construit nos résidences avec un vice de construction majeur. Autrement, GMN perd toute sa crédibilité puisqu’elle aura elle-même à poursuivre ces mêmes entrepreneurs pour être remboursée des sommes qu’elle aura versées aux victimes pour réparer ces dommages à nos résidences.

Vous savez que des poursuites civiles sont amorcées par les victimes et par la GMN de l’APCHQ contre tous les acteurs de ce désastre, incluant les entrepreneurs. Les résultats de ces démarches judiciaires ne sont pas encore connus. Conséquemment, la responsabilité de la problématique actuelle n’est pas encore établie et il est prématuré à ce moment-ci de porter un jugement subjectif à cet égard. Je vous rappelle que les victimes de la pyrrhotite en Mauricie ont été contraintes de recourir aux services du plan de garantie de la GMN de l’APCHQ puisque les entrepreneurs en question ont refusé de réparer nos maisons.

à cela, il faut également prendre note que dans le cadre des travaux de réparation actuels, d’autres vices de construction ont été constatés, notamment la présence de pourriture sur le bois au niveau de la base d’une résidence. Les sections en question devront entièrement être remplacées. Selon les informations que nous avons obtenues, ces problèmes ne sont aucunement liés à la présence de pyrrhotite.

Le paragraphe ainsi inclus dans votre communiqué de presse n’a aucunement sa place et est indécent pour les victimes comme nous. Vous portez un jugement sur l’expérimentation et la reconnaissance du professionnalisme des entrepreneurs impliqués. De plus, vous tentez par cette même note de disculper ces mêmes entrepreneurs avant même que le processus judiciaire ait fait son travail. Cette façon de faire constitue nul autre que de l’ingérence indue de la GMN de l’APCHQ dans la démarche judiciaire actuelle en prenant part favorablement pour un acteur important dans ce litige. Ces écrits s’apparentent à des actions de propagande en faveur des entrepreneurs.

Ces attitudes de la GMN de l’APCHQ choquent les victimes qui subissent tous les inconvénients de ce drame humain et financier. La réserve dans ce dossier est donc de mise pour les administrateurs du Plan de garantie des maisons neuves de l’APCHQ.

La Coalition demande donc dans les meilleurs délais à GMN de l’APCHQ de s’excuser auprès des victimes, d’apporter les rectifications appropriées et d’agir dorénavant avec un devoir de réserve absolu.

Yvon Boivin, mba

Porte-parole de la Coalition Proprio-Béton