Communiqué de presse

25 novembre 2010
Les plans de garantie des maisons neuves : une réforme s’impose.
À titre de porte-parole de la Coalition Proprio-Béton, je souhaite réagir aux insinuations avancées publiquement par M. Ronald Ouimet, le directeur du service de la conciliation de la Garantie des maisons neuves de l’APCHQ (GMN), à l’effet que certaines victimes de pyrrhotite tenteraient de tirer profit de la situation dans le cadre des travaux de réparation de leur résidence.

D’entrée de jeux, nous désirons dénoncer haut et fort de tels propos qui sont inacceptables de la part d’un administrateur de plan de garantie des maisons neuves de nature publique, dont le salaire provient des primes que les bénéficiaires ont été contraints de verser lors de l’achat de leur résidence neuve.

Nous désirons par le fait même remettre les pendules à l’heure dans ce triste et pénible dossier qui affecte à ce jour au-delà de 600 familles en Mauricie.

Aucune victime ne sortira gagnante d’un tel désastre humain et financier. Qui plus est, le bilan s’avèrera négatif pour l’ensemble des victimes, incluant celles qui sont couvertes par un plan de garantie, notamment en raison des décisions qui ont été prises par les administrateurs de la GMN dans les présents dossiers.

La GMN a décidé de ne pas honorer les engagements verbal et écrit de ses dirigeants et ses représentants en refusant d’indemniser les améliorations apportées à nos résidences depuis leur acquisition. Qui a profité financièrement de la situation : Les bénéficiaires ou la GMN ?

La GMN a également décidé de réduire l’équivalent des taxes (13%) de l’indemnisation versée aux victimes désirant obtenir l’argent pour prendre en charge eux-mêmes la réalisation de leurs travaux. Qui a profité financièrement de la situation : les bénéficiaires ou la GMN ?

Les victimes sont prises en otage entre la GMN et l’entrepreneur dans le cadre des présents travaux de réparation, n’ayant aucun contrôle sur l’agenda et la qualité de tels travaux. Qui profite de la situation : les bénéficiaires ou la GMN?

La GMN continue toujours à verser des ristournes aux entrepreneurs et à servir de commanditaire principal à l’APCHQ dans ses activités de promotion. Qui profite de la situation : les bénéficiaires ou les entrepreneurs ?

Comment M. Ouimet a-t-il pu ainsi prétendre que certains propriétaires prendront avantage de cette horrible mésaventure alors que dans la très grande majorité des cas, les victimes auront à débourser des dizaines de milliers de dollars pour refaire leur sous-sol, leurs aménagements paysagers, leur pavé et pour assumer tous les frais connexes inhérents à ces travaux majeurs (frais d’entreposage, de déménagement, de relocalisation, débranchement du système d’alarme, du gaz propane, de la balayeuse centrale, de la piscine, des thermopompes et autres) en plus des nombreux délais et pénibles inconvénients associés à ces mêmes travaux, sans oublier évidemment les frais d’avocat ?

À la suite d’interventions que nous avons effectuées auprès de la Régie du bâtiment à ce sujet, M. Ouimet n’a eu d’autre choix que de nous adresser ses excuses pour les propos offensants qu’il a ainsi tenus à l’endroit des bénéficiaires de la GMN dans le présent désastre.

Cette situation combinée aux nombreux problèmes que les bénéficiaires ont rencontrés avec la GMN de l’APCHQ depuis le début de cette saga amène la Coalition Proprio-Béton à conclure qu’il est dans l’intérêt des bénéficiaires que le Gouvernement du Québec revoit en profondeur l’administration des plans de garantie des maisons neuves afin d’en confier la gestion à un organisme public totalement indépendant du milieu de la construction et soumis à la reddition de comptes. La Coalition soumettra en temps opportun un mémoire à cet effet.

Yvon Boivin, mba

Porte-parole de la Coalition Proprio-Béton