Communiqué de presse

Trois-Rivières, le 8 février 2011.
Les propriétaires de maisons contaminées à la pyrrhotite majoritairement insatisfaits des travaux de réparation effectués par la Garantie des maisons neuves de l’APCHQ à l’été et l’automne 2010
Au cours de l’année 2010, dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler Le désastre de la pyrrhotite en Mauricie, 72 maisons ont fait l’objet de réparation par la Garantie des maisons neuves (GMN) de l’APCHQ.

Rappelons qu’à des fins administratives, la GMN avait réparti ces maisons en 3 lots distincts. Les lots numéro 1 et 3 avaient été attribués par appel d’offre à la firme Héneault et Gosselin. Quant au lot numéro 2, le consortium Brisson Pretech en était le maître d’œuvre.

Afin de dresser un portrait objectif de ces travaux, la Coalition Proprio-Béton a organisé une rencontre publique en décembre 2010 à laquelle était conviée l’ensemble des propriétaires de ces maisons.

Un sondage portant sur la satisfaction des travaux réalisés a été transmis à l’ensemble des victimes concernées. Nous faisons aujourd’hui état des résultats obtenus.

Quelques 36 propriétaires sur une possibilité de 72, dont les résidences ont fait l’objet de réparation, ont répondu au sondage de la Coalition. Nous jugeons ce taux de participation fort représentatif en pareilles circonstances.

À la lumière des résultats, le taux de satisfaction à l’égard des services rendus par la GMN de l’APCHQ et ses représentants apparaît clairement comme un constat d’échec. Voici les grandes lignes :

  • Conformité des devis fournis par GMN : 4,8 sur 10
  • Planification des opérations par GMN : 4,2 sur 10
  • Contrôle de la qualité des travaux : 3,8 sur 10
  • Communications avec le bénéficiaire : 4,0 sur 10
  • Présence des représentants de GMN sur les lieux : 4,1 sur 10
  • Livraison des résultats des tests de pyrrhotite pour les nouvelles fondations : 3,4 sur 10


Ces résultats qui ne dépassent pas 50% de satisfaction pour chaque volet sondé sont alarmants et soulignent de nombreux constats, notamment :

  • L’absence marquée sur le terrain des représentants de la GMN de l’APCHQ
  • Des devis truffés d’erreurs mettant ainsi le fardeau de la preuve sur le dos des victimes qui doivent faire la démonstration de ce qui devrait être couvert par la garantie.
  • Des lacunes majeures de communications observées tout au long des travaux.
  • Des propriétaires de résidence qui ont été contraints eux-mêmes de faire le constat et dénoncer sur le champ l’apparition de nouveaux vices de construction, le contrôle de qualité étant pratiquement absent sur les chantiers.
  • Des délais de réparation beaucoup trop longs.
  • Des tests de pyrrhotite qui se font toujours attendre pour plusieurs maisons réparées.
  • Une démarche prématurée de la GMN pour faire signer des formulaires d’acceptation des travaux.


Au niveau des services rendus par les entrepreneurs et les sous-traitants, les résultats du sondage ne sont pas plus reluisants sur plusieurs aspects :

  • Pour les lots #1 et #2, des problèmes importants ont été rapportés à l’égard des travaux de finition intérieure, notamment en matière de qualité et de compétence de la main-d’œuvre. Plusieurs travaux réalisés dans le lot #1 ont d’ailleurs dû être repris par un autre sous-traitant.
  • Des problèmes majeurs de gestion de chantier et de qualité de main d’œuvre au niveau de la réfection des fondations ont été constatés dans les lots #1 et #3. Les fondations de plusieurs maisons sont trop petites. Le lot #1 est en plus caractérisé par la présence de nombreuses fissures de retrait sur les nouvelles fondations.


Face à ces constats, la Coalition Proprio-Béton demande à la ministre du Travail, Mme Lise Thériault, d’intervenir afin de contraindre la GMN de l’APCHQ à revoir dans l’immédiat son processus de planification, de coordination et de gestion des travaux à venir pour les prochains lots de réparation.

De façon plus spécifique, il est entres autres demandé à la GMN de:

  • Fournir des devis détaillés aux bénéficiaires au moins 3 mois avant les travaux
  • Fournir aux propriétaires des résidences une copie complète de la soumission retenue avec des informations ventilées
  • Fournir aux propriétaires des résidences une copie complète de la soumission retenue avec des informations ventilées
  • Regrouper les résidences à réparer en lots plus petits afin de faciliter la capacité d’exécution des travaux par les entrepreneurs et les sous-traitants;
  • Réaliser systématiquement un test de pyrrhotite aux nouvelles fondations construites pour les résidences réparées et fournir les résultats aux bénéficiaires dès leur réception par le plan de garantie


La Coalition demande aussi que des exigences soient ajoutées aux devis d’appel d’offre afin d’assurer la présence d’une main d’œuvre qualifiée, compétente et expérimentée.

La Coalition exige que les représentants de la GMN sur les chantiers prennent les mesures et les moyens appropriés pour assurer un contrôle de qualité adéquat de l’ensemble des travaux réalisés. À cet égard, la Coalition pense que l’embauche de ressources locales s’avère la solution la plus optimale.

De plus, la Coalition demande qu’à partir de 2011 des représentants de la RBQ soient présents sur les chantiers afin d’assurer une qualité de travaux conforme aux normes canadiennes du bâtiment.

Par ailleurs, la Coalition dénonce l’excès de zèle dont a fait preuve la GMN de l’APCHQ et ses représentants en 2010 dans l’application restrictive du règlement. Cette attitude n’a aucunement sa raison d’être dans un pareil désastre.

La Coalition Proprio-Béton trouve finalement inacceptable que les plans de garantie des maisons neuves fassent attendre plusieurs victimes jusqu’à 3 ou 4 ans avant de réparer leur résidences. Nous considérons qu’en plus de subir tous les préjudices et inconvénients attribuables à ce désastre, elles n’ont pas à supporter en plus le poids du nombre. À cet égard, la Coalition demande à la Ministre Thériault d’intervenir afin de contraindre tous les plans de garantie des maisons neuves à limiter le délai d’attente à un maximum de 1 an à compter de la date où un test confirme la présence de pyrrhotite dans les fondations.

Les nombreuses lacunes observées par les bénéficiaires dans l’application des plans de garantie des maisons neuves sous leur forme actuelle justifient une réforme majeure afin d’en confier dans les meilleurs délais l’administration à un organisme totalement indépendant du secteur de la construction.

La crise de pyrrhotite qui frappe de plein fouet la Mauricie continue à faire de plus en plus de victimes. Au-delà de 720 familles de la Mauricie sont aux prises avec ce vice de construction majeur qui affecte les fondations de leurs résidences. Il s’agit là de l’un des pires désastres à survenir au Québec et au Canada en matière de construction résidentielle. Les dégâts dépassent maintenant les 150 millions de dollars.

Tableau des résultats du sondage

Yvon Boivin, mba

Porte-parole de la Coalition Proprio-Béton